Tabou marocain

un tabou au Maroc

Le préservatif est un sujet délicat. Si pour certains, il s'agit d'une action naturelle, pour d'autres, il représente une véritable atteinte à leur virilité et un frein à leur plaisir sexuel. Mais lorsqu'on sait que de plus en plus de personnes souffrent de maladies sexuellement transmissibles...


Le préservatif est un sujet délicat. Si pour certains, il s'agit d'une action naturelle, pour d'autres, il représente une véritable atteinte à leur virilité et un frein à leur plaisir sexuel. Mais lorsqu'on sait que de plus en plus de personnes souffrent de maladies sexuellement transmissibles et particulièrement le sida, on se demande pourquoi nous persistons dans l'erreur ?

Plusieurs campagnes ont été menées au Maroc pour vulgariser le terme 'préservatif' auprès de toutes les couches sociales. Des tables rondes, des séminaires ont été effectués afin d'inciter les gens à se protéger contre des maladies qui peuvent être nuisibles à leur santé physique.



Malheureusement, les réticences demeurent tout à fait palpables et le préservatif reste un sujet tabou comme s'il s'agissait d'une honte ou d'un interdit dont il ne faut pas parler. 'J'ai continuellement du mal à demander un paquet de préservatifs lorsque je rentre dans une pharmacie. Les vendeurs me regardent toujours d'un drôle d'air et me collent une étiquette comme si j'étais un malfrat ou un coureur de jupons sans foi ni loi…' raconte Othman, un jeune étudiant de 27 ans.

'Moi, par-contre, j'ai subi la pire des humiliations lorsque j'ai voulu en acheter pour mon mari. J'étais passée à la pharmacie pour prendre des médicaments et mon conjoint me demanda d'en acheter pour lui. S'agissant d'un acte naturel, je n'y voyais aucun déshonneur malheureusement, la vendeuse me jeta un regard si rabaissant que je me suis sentie petite dans mes souliers. J'ai dû me justifier en disant que mon mari m'attendait à l'extérieur mais elle ne semblait pas vraiment me croire…Elle m'a réellement prise pour ce que je ne suis pas. C'est terriblement gênant…'confie Najia, employée dans une société.

Une gêne mal placée
C'est embarrassant. Certes, dans notre société, les relations sexuelles passent sous silence. C'est un fait dont on ne parle pas. Si vous êtes mariés, on saura ce que vous vivez mais on évitera de parler des détails avec vous parce que c'est 'hchouma'. Seulement, à force de se cacher derrière la pudeur, nous retrouvons des milliers de cas frappés par le sida parce qu'ils n'ont pas été assez informés à cause de l'inconscience d'un mari (ou d'une épouse) infidèle ou encore par défaut d'éducation.

N'est-ce pas dangereux d'exposer nos vies ainsi alors qu'il suffit d'adopter un simple geste dans son quotidien ? Pourquoi voir en un préservatif une diminution du plaisir ou une atteinte à sa robustesse alors qu'il n'est qu'une simple protection contre différents maux.

Pourquoi vouloir associer à tout prix le préservatif à une question de confiance entre les partenaires? C'est plutôt en adoptant ce geste que l'on prouve son amour pour l'autre car on se protège mutuellement et on se prémunit contre les maladies qui peuvent apparaître pour différentes raisons (changement de partenaires, infection…)

Le préservatif doit devenir un geste méthodique, un produit de consommation au même titre que tous les autres. Ni gêne ni malaise ne doivent vous faire hésiter devant un vendeur ou une personne inculte et irresponsable. Bien au contraire, relevez la tête et achetez ce qui préservera votre vie pour vivre pleinement votre sexualité sans tabous ni préjudices…Le préservatif est un choix doté de maturité et de civisme
.

 

 

                                                                                     

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site